Le guide de votre bien-être à domicile

Bento

Comment choisir sa bentō box ?

bento

© Kanko

Le bentō étant en pleine expansion dans notre pays, le choix devient pléthorique et il est important de savoir comment le choisir…
  1. Chacun son bento…
  2. Le style du bentō
  3. L’utilisation de sa bentō
  4. La fermeture du bentō

Chacun son bento…

Tout d’abord, le bentō, et sa contenance, seront différents selon qu’il sera pour une femme, un homme ou un enfant. En effet, pour femmes, les bentō font en général entre 500 et 750 ml, avec une moyenne à 650 ml, bien que cela dépende évidemment de votre appétit.

Pour hommes, cela fait entre 850… et 2 litres ! La moyenne se situe néanmoins aux alentours d’un litre, ce qui suffit largement normalement. Concernant les enfants, il existe des « mini » bentō de 450 ml environ, qui correspondent parfaitement à l’appétit d’un jeune enfant… Pour un adolescent en pleine croissance, il ne faut pas hésiter à prendre un bentō adulte.

Le style du bentō

Le style est évidemment important puisque, au-delà de la praticité, le bentō est également un accessoire de mode. Néanmoins, le style du bentō variera selon le lieu où vous l’apporterez et il paraît plus logique d’opter pour un bentō sobre, type « tiroir » noir ou blanc, pour le poser sur son bureau, que pour un bentō Hello Kitty ou Pokemon. Les couleurs sont néanmoins très variées, de même que les formes, et cela dépend bien évidemment de vos goûts…

On peut trouver des bentō dans le plus pur style minimaliste japonais, uni, noir ou blanc, avec deux trois traits pour égayer le tout, des bentō ronds de couleur et avec un couvercle fleuri, des bentō « tendance » avec des formes plus rectangulaires et des couleurs plus flashy (violet, rose, vert pomme, bleu turquoise…), des bentō « vintage » en bois laqué dans le plus pur style japonais ou encore des boîtes repas « fun » représentant par exemple un visage d’animal ou encore un personnage de manga, de dessin animé ou de jeu vidéo !

L’utilisation de sa bentō

Selon l’usage qui va être consacré au bento (usage quotidien, hebdomadaire, plus rare…) la forme et les matériaux vont être très importants. Le bois, matériel traditionnel utilisé au Japon pour les bentō (laqué traditionnellement) ne se prête évidemment pas à un usage quotidien avec réchauffage au micro-ondes et lavage tous les jours… Dès lors, à réserver aux repas occasionnels.

De plus, si le bentō aura vocation à être utilisé quotidiennement et donc à être malmené (lavage, micro-ondes, séchage…) il ne faut pas hésiter à opter pour un modèle en plastique et à y mettre le prix sous peine de se retrouver avec un bentō fade et sans sérigraphie au bout de quelques semaines/mois…

Les bentō peuvent également être en acier ou inox et offrir une fonction supplémentaire, l’isotherme. En effet, cela peut se révéler pratique si vous n’avez pas de four à micro-ondes sur votre lieu de travail afin de garder un repas chaud toute la matinée.

De même, il existe des bentō « rafraîchissants » qui permettent de garder au frais vos salades ou vos plats faits maison. Cela fonctionne grâce à un couvercle en métal particulier qui, une fois placé au réfrigérateur, conserve le froid de nombreuses heures… pratique si vous n’avez pas de frigo au bureau !

La fermeture du bentō

Les bentō sont en général supposés être tous étanches mais, là aussi, il s’agit d’une question de prix et les plus bas de gamme auront des soucis d’étanchéité… Mais, si le bentō sera transporté (voire secoué dans les transports en commun), il est important de s’assurer de la qualité du système de fermeture pour éviter qu’il ne coule au fond d’un sac.

Dès lors, il existe plusieurs systèmes de fermeture comme les « clips », les plus répandus, les couvercles en plastique mou qui ne laissent pas passer l’air (similaires aux couvercles de tupperwares) ou encore les fixations en métal qui, cependant, ne sont pas très « mode »…

Enfin, un autre système existe et s’ancre plus dans la tradition japonaise. Il s’agit en effet des « Furoshiki » (l’art du pliage des tissus) qui permettent d’assurer la fermeture de la boîte voire de « sécuriser » un bentō qui ferme mal à l’aide d’un carré de tissu ou d’un chiffon… assez joli dans l’idéal !